Customer Service | Help | FAQ | Report a Data Error | About
:
Login
Tip: To refine search by publication year…

PEP-Web Tip of the Day

Having problems finding an article? Writing the year of its publication in Search for Words or Phrases in Context will help narrow your search.

For the complete list of tips, see PEP-Web Tips on the PEP-Web support page.

Jacques, A. (2007). La polyphonie du rêve Par René Kaës Dunod, Paris, 2002, 242 pages. Canadian J. Psychoanal., 15(2):347-350.

(2007). Canadian Journal of Psychoanalysis, 15(2):347-350

Books

La polyphonie du rêve Par René Kaës Dunod, Paris, 2002, 242 pages

Review by:
André Jacques

Le rêve et, ultimement, la psyché, sont-ils impartageables? l'espace du rêve est-il uniquement personnel, individuel, comme l'ont soutenu André Green et Jean Laplanche; ou bien, pour être une concrétion de la conscience singulière, est-il apte à fournir le support d'une médiation entre les consciences, comme l'avance Guillaumin? Si tel est le cas, jusqu'où cette médiation a-t-elle cours? et comment au juste s'opère-t-elle? - Telles sont quelques-unes des questions que René Kaës met au travail dans cet ouvrage à la théorisation rigoureuse et riche d'abondantes analyses cliniques.

Un mot d'abord sur le titre de ce livre, qui peut apparaître contrevenir aux habitudes de formulations sobres et notionnelles, rarement imagées, régnant dans le monde psychanalytique. Par ce titre, René Kaës applique au rêve la notion utilisée par le linguiste russe Mikhaïl Bakhtine-Vorochilov (1895-1975) dans son analyse de la structure de l'œuvre littéraire. Pour Bakhtine, « le roman est d'emblée polyphonique, puisqu'il s'élabore au croisement de plusieurs structures, tout comme le mot lui-même est une polyphonie de plusieurs écritures: celle de l'écrivain, de ses personnages, du destinataire, du contexte historique, éthique et culturel » (p. 208). Cette conception du discours renvoie à une conception du sujet comme « tramé par l'interdiscursivité, travaillé par un maillage de voix, de mots et de paroles qui le constitue » (p. 9). C'est dans ce sens que Kaës parle déjà du sujet dans deux de ses ouvrages antérieurs à celui-ci, Le groupe et le sujet du groupe (1993) et La parole et le lien (1994). Le sujet est sujet du groupe, si tant est qu'il se constitue « aux points de nouage des voix, des mots et des paroles des autres, de plus d'un autre, divisé entre l'accomplissement de sa propre fin et l'inscription dans le réseau de ses liens intersubjectifs » (p. 9).

- 347 -

[This is a summary or excerpt from the full text of the book or article. The full text of the document is available to subscribers.]

Copyright © 2017, Psychoanalytic Electronic Publishing, ISSN 2472-6982 Customer Service | Help | FAQ | Download PEP Bibliography | Report a Data Error | About

WARNING! This text is printed for personal use. It is copyright to the journal in which it originally appeared. It is illegal to redistribute it in any form.