Customer Service | Help | FAQ | PEP-Easy | Report a Data Error | About
:
Login
Tip: To limit search results by article type…

PEP-Web Tip of the Day

Looking for an Abstract? Article? Review? Commentary? You can choose the type of document to be displayed in your search results by using the Type feature of the Search Section.

For the complete list of tips, see PEP-Web Tips on the PEP-Web support page.

Alsteens, A. (1997). Gantheret F., Moi, Monde, Mots, Coll. “Connaissance de l'inconscient”, Gallimard, Paris, 229 pp., 1996.. Rev. Belg Psychanal., 30:117-118.

(1997). Revue Belge de Psychanalyse, 30:117-118

Gantheret F., Moi, Monde, Mots, Coll. “Connaissance de l'inconscient”, Gallimard, Paris, 229 pp., 1996.

André Alsteens

Les trois termes du titre pourraient à première vue surprendre. Côte à côte, ils n'en connotent pas moins une dialectique foncière. Le moi naît au monde par les mots. Ce serait évidemment trop réducteur de s'en arrêter là. Il faudrait poursuivre : les mots nous façonnent à partir du monde maternel. Plus encore, les mots nous possèdent à notre insu. Davantage, ils sont toujours en train de naître, à travers nous, entre eux.

Le silence imposé à Freud par sa patiente Emmy ouvre la voie à ce “qu'au-delà de parler de - de soi, de son enfance, de ses amours, du monde,… - le patient viendra, il vient, peu à peu, se laisser parler, laisser passer les mots à travers soi comme la fenêtre entrouverte laisse passer le vent”. C'est la solidité du cadre analytique qui permettra cette acceptation du moi à se laisser fragiliser.

“Pas de trajet à proprement dit, commente Gantheret à propos de l'analyse, début, développement et fin, mais un agrandissement, un approfondissement qui semble naître au centre, au sein même des mots et, comme une onde dans l'eau, gagner jusqu'aux confins… Ici, comme dans le poème, ce à quoi l'on s'ouvre, c'est à l'émergence, au surgissement”.

Cette ouverture à l'invisible, à l'au-delà de soi, au pouvoir impuissant à “parler” le monde, au pathos humain, s'illustre en quelques belles pages autour de la rencontre de Rilke et Lou Andréas-Salomé, introduisant de cette manière l'ensemble du texte : la fonction poétique du langage, l'espoir moteur du pouvoir de la parole, le verrouillage de certains destins par des mots, les vertus de l'interprétation lorsqu'elle donne à penser à cette remarque de Bousquet à Eluard : “Vous avez permis que je devienne celui qui dans ma voix m'écoute !”.

La trame particulière de l'écriture rend heureusement illusoire toute velléité de rendre compte de ce que recèle cet ouvrage.

[This is a summary or excerpt from the full text of the book or article. The full text of the document is available to subscribers.]

Copyright © 2020, Psychoanalytic Electronic Publishing, ISSN 2472-6982 Customer Service | Help | FAQ | Download PEP Bibliography | Report a Data Error | About

WARNING! This text is printed for personal use. It is copyright to the journal in which it originally appeared. It is illegal to redistribute it in any form.