Customer Service | Help | FAQ | PEP-Easy | Report a Data Error | About
:
Login
Tip: To search for text within the article you are viewing…

PEP-Web Tip of the Day

You can use the search tool of your web browser to perform an additional search within the current article (the one you are viewing). Simply press Ctrl + F on a Windows computer, or Command + F if you are using an Apple computer.

For the complete list of tips, see PEP-Web Tips on the PEP-Web support page.

Alsteens, A. (1999). Problématique narcissique et cadre analytique. Rev. Belg Psychanal., 35:3-20.

(1999). Revue Belge de Psychanalyse, 35:3-20

Problématique narcissique et cadre analytique

André Alsteens

1984

Seul, avec une épouvante et une nostalgie effroyablement vides. Toute la chambre pour y loger mes pensées. Rien que moi-même, ce que je pense, ce que je crains. Je pourrais penser les choses les plus fantastiques, danser, cracher, grimacer, maudire, gémir — personne n'entendrait, personne ne saurait jamais. La pensée d'une privauté si absolue suffit à me rendre fou. C'est comme à la naissance. Tout est coupé. Séparé, nu, seul. La félicité et la torture simultanément. Le temps pesant sur vous. Chaque seconde vous écrasant comme une montagne. On s'y noie. Déserts, lacs, océans. Le temps bat comme un hachoir. Le néant. Le monde. Le moi et le non-moi. Tout doit avoir un nom. Tout doit être appris, éprouvé, expérimenté.

(Miller, Tropique du Cancer)

Non cogitat qui non experitur

(Yourcenar, L'oeuvre au noir)

Une anecdote introduira mon propos. Après deux ans de thérapie, une cliente me raconta comment elle avait ressenti la proposition que je lui avais faite à l'issue des premiers entretiens.

Cette femme d'une quarantaine d'années, fortunée et jolie, souffrait depuis son divorce de périodes dépressives fréquentes et d'épisodes somatiques douloureux. Elle avait consulté successivement plusieurs psychiatres et le dernier en date, excellent homme par ailleurs, avait l'habitude de la recevoir à la fin de ses consultations, par un appel téléphonique de dernière minute, de telle sorte qu'elle ne savait jamais exactement à quelle heure elle serait reçue. Ce qui la frappa dans son contact avec moi, ce fut ma détermination à lui proposer de la voir régulièrement. Elle en conçut quelque appréhension, il est vrai, mais elle en fut surtout très impressionnée : “enfin, voilà quelqu'un qui me prend réellement en mains !”. Cette impression, elle ne m'en fit l'aveu que deux ans plus tard.

N'était-ce pas le cadre que cette patiente avait perçu d'emblée, pour ses qualités de contenant solide et durable? Mon bureau devenait un lieu où elle pouvait se retrouver avec son chagrin et ses angoisses.

[This is a summary or excerpt from the full text of the book or article. The full text of the document is available to subscribers.]

Copyright © 2020, Psychoanalytic Electronic Publishing, ISSN 2472-6982 Customer Service | Help | FAQ | Download PEP Bibliography | Report a Data Error | About

WARNING! This text is printed for personal use. It is copyright to the journal in which it originally appeared. It is illegal to redistribute it in any form.