Customer Service | Help | FAQ | PEP-Easy | Report a Data Error | About
:
Login
Tip: To see translations of this article…

PEP-Web Tip of the Day

When there are translations of the current article, you will see a flag/pennant icon next to the title, like this: 2015-11-06_11h14_24 For example:

2015-11-06_11h09_55

Click on it and you will see a bibliographic list of papers that are published translations of the current article. Note that when no published translations are available, you can also translate an article on the fly using Google translate.

 

For the complete list of tips, see PEP-Web Tips on the PEP-Web support page.

Matot, J. (2011). « zum Raum wird hier die Zeit» : un processus adolescent dans le « Parsifal » de Richard Wagner. Rev. Belg Psychanal., 58:103-116.

(2011). Revue Belge de Psychanalyse, 58:103-116

« zum Raum wird hier die Zeit» : un processus adolescent dans le « Parsifal » de Richard Wagner

Jean-Paul Matot

La place de Parsifal dans la vie et l'œuvre de Wagner

En 1857, Richard Wagner a 44 ans lorsqu'il conçoit une première esquisse de Parsifal. Il a surmonté depuis quatre ans (avec la publication des poèmes du Ring) la crise créatrice qui a suivi la création à Dresde de Tannhäuser en 1845 (il avait 32 ans) et l'écriture de Lohengrin en 1847 (à 34 ans). Le personnage de Parsifal avait déjà fait une première apparition dès cette époque dans l'œuvre wagnérienne, précisément dans Lohengrin : celui-ci se révèle à la fin de l'opéra comme étant le fils de Parsifal, héritier du Graal. Le cygne noir qui tire la nacelle de Lohengrin évoque d'ailleurs le cygne blanc abattu par Parsifal au début de l'opéra homonyme.

Wagner s'est établi depuis 1849 à Zurich avec Minna : il a dû fuir Dresde du fait de son implication dans les émeutes révolutionnaires de mai 1849. Le couple occupe la maison que met à sa disposition le mécène Otto Wesendonck.

Wagner reprend le projet de Parsifal en 1865, et ébauche le livret en prose. Il a rencontré l'année précédente le roi Louis II de Bavière, qui s'enthousiasme pour le grand projet artistique du Ring, éponge les dettes récurrentes du compositeur, et finance la création à Munich de Tristan et Isolde sous la direction de Hans von Bülow.

[This is a summary or excerpt from the full text of the book or article. The full text of the document is available to subscribers.]

Copyright © 2020, Psychoanalytic Electronic Publishing, ISSN 2472-6982 Customer Service | Help | FAQ | Download PEP Bibliography | Report a Data Error | About

WARNING! This text is printed for personal use. It is copyright to the journal in which it originally appeared. It is illegal to redistribute it in any form.