Customer Service | Help | FAQ | PEP-Easy | Report a Data Error | About
:
Login
Tip: To see translations of this article…

PEP-Web Tip of the Day

When there are translations of the current article, you will see a flag/pennant icon next to the title, like this: 2015-11-06_11h14_24 For example:

2015-11-06_11h09_55

Click on it and you will see a bibliographic list of papers that are published translations of the current article. Note that when no published translations are available, you can also translate an article on the fly using Google translate.

 

For the complete list of tips, see PEP-Web Tips on the PEP-Web support page.

Magnenat, L. (2016). L'environnement non humain de Searles, revisité à la lumière de la théorie de la pensée de Bion et à l'ombre de la crise environnementale. Rev. Belg Psychanal., 69(2):109-124.

(2016). Revue Belge de Psychanalyse, 69(2):109-124

L'environnement non humain de Searles, revisité à la lumière de la théorie de la pensée de Bion et à l'ombre de la crise environnementale

Luc Magnenat

ZONES DE DÉSASTRE INTERNES ET EXTERNES

Au fil des années, je suis devenu de plus en plus sensible, dans mon travail et dans ma vie privée, sociale, à ce qui est de l'ordre du « désastre » (Bion, 1957a, 1957b, pp. 97-98). Aux zones de désastre en nous et autour de nous. Je pense que nous sommes tous porteur d'une zone de désastre et que si nous ne tentons pas de nous en approcher, de l'accepter, cette zone de désastre de notre monde intérieur tend à déborder sur le monde extérieur. Elle peut alors envahir l'environnement - et je pense que la crise environnementale actuelle en est un exemple - à la manière dont elle peut s'actualiser dans une relation thérapeutique quand l'analyste ou le psychothérapeute tombe malade de la maladie de son patient.

Par « désastre », je pense à la trace, en nous, de l'échec d'une rencontre avec des objets qui étaient pour nous d'une importance vitale. La réussite de cette rencontre aurait fait de nous des êtres humains, son échec fait de nous des êtres « non humains », sinistrés et désastreux. Pour le dire autrement, je pense que notre personnalité est constituée de trois zones, de trois « climats » : une zone proto-humaine, une zone humaine, et une zone non humaine. La zone proto-humaine s'ancre dans les profondeurs de notre corps, elle constitue le fond pré-psychique de notre psychisme.

[This is a summary or excerpt from the full text of the book or article. The full text of the document is available to subscribers.]

Copyright © 2020, Psychoanalytic Electronic Publishing, ISSN 2472-6982 Customer Service | Help | FAQ | Download PEP Bibliography | Report a Data Error | About

WARNING! This text is printed for personal use. It is copyright to the journal in which it originally appeared. It is illegal to redistribute it in any form.