Customer Service | Help | FAQ | PEP-Easy | Report a Data Error | About
:
Login
Tip: To bookmark an article…

PEP-Web Tip of the Day

Want to save an article in your browser’s Bookmarks for quick access? Press Ctrl + D and a dialogue box will open asking how you want to save it.

For the complete list of tips, see PEP-Web Tips on the PEP-Web support page.

Couvreur, C. (1994). Filiations nostalgiques. Rev. fr. psychanal., 58(1):67-82.

(1994). Revue française de psychanalyse, 58(1):67-82

Filiations nostalgiques

Catherine Couvreur

Certaines femmes nouent de manière préférentielle leur lien de filiation féminine dans la lignée paternelle: une fille occupe pour son père la place de sa tendre mère de jadis, un père demande ou prodigue à sa fille, l'amour « à la façon dont sa mère l'aima enfant ». Chez l'un, la dimension œdipienne évidente de ces liens, qu'ils soient de chair, et/ou analytiques, recouvre souvent une intense nostalgie sous-jacente, tant de sa jeunesse perdue, que de la maternité et de la féminité de sa mère des commencements. Elle rencontre chez l'autre une nostalgie en miroir: tant de l'enfant mâle qu'elle aurait voulu avoir et être, que de son objet œdipien.

L'auteur illustre cette modalité de filiation féminine en évoquant la double filiation d'Anna Freud, fille et patiente de son père, qui fut tout à la fois son Antigone, sa Cordélia, son Amalia-Rediviva. D'autres variantes de ces filiations nostalgiques seront brièvement évoquées, au travers d'un exemple clinique personnel, chez Ferenczi, R. Barthes et Léonard de Vinci.

[This is a summary or excerpt from the full text of the book or article. The full text of the document is available to subscribers.]

Copyright © 2021, Psychoanalytic Electronic Publishing, ISSN 2472-6982 Customer Service | Help | FAQ | Download PEP Bibliography | Report a Data Error | About

WARNING! This text is printed for personal use. It is copyright to the journal in which it originally appeared. It is illegal to redistribute it in any form.