Customer Service | Help | FAQ | PEP-Easy | Report a Data Error | About
:
Login
Tip: To see papers related to the one you are viewing…

PEP-Web Tip of the Day

When there are articles or videos related to the one you are viewing, you will see a related papers icon next to the title, like this: RelatedPapers32Final3For example:

2015-11-06_09h28_31

Click on it and you will see a bibliographic list of papers that are related (including the current one). Related papers may be papers which are commentaries, responses to commentaries, erratum, and videos discussing the paper. Since they are not part of the original source material, they are added by PEP editorial staff, and may not be marked as such in every possible case.

 

For the complete list of tips, see PEP-Web Tips on the PEP-Web support page.

Deburge, A. (1994). Un travail sur la différenciation entre contre-attitude et contre-transfert en psychosomatique. Rev. fr. psychanal., 58S(Supplement):1613-1616.

(1994). Revue française de psychanalyse, 58S(Supplement):1613-1616

Un travail sur la différenciation entre contre-attitude et contre-transfert en psychosomatique

Anne Deburge

Chez les patients qui consultent en psychosomatique, et qui sont souvent atteints de maladies graves, le poids de la réalité peut être tel qu'il pèse d'emblée sur la relation entre patient et analyste. Il est donc essentiel de différencier le contre-transfert inconscient de la contre-attitude de l'analyste, telle qu'elle se dévoilera aux patients dans les interventions spécifiques à la situation psychosomatique.

Ce travail de différenciation permet de créer un espace psychique qui laisse la possibilité au contre-transfert de se développer plus harmonieusement. Comment soustraire un temps l'analyste de la prégnance du poids de la réalité où la présence du corps en danger peut susciter de multiples affects, tels qu'angoisses et souffrances, et des fantasmes de blessures et de mort? Mieux cerner la contre-attitude permettra d'atténuer la potentialité du poids de cette réalité à paralyser le fonctionnement mental de l'analyste et de celui de son patient.

Denise Braunschweig et Michel Fain ont bien exprimé, dans leur formulation de « la censure de l'amante », ce qui peut permettre à l'enfant/au patient, de posséder un espace psychique suffisant pour se mettre ou remettre à penser.

En psychosomatique une telle distance me semble rendue possible grâce à une faculté de présence/absence proche de l'attitude maternelle, telle qu'ils l'ont décrite. Accepter cette position théorique peut favoriser la différenciation entre contre-attitude et contre-transfert. Il me semble que c'est le point de vue évoqué par Louise de Urtubey lorsqu'elle développe l'utilisation de « la théorie des théories » auxquelles l'analyste adhère.

J'ajouterai aussi, que ces théories occuperaient une place équivalente à celle d'un « père amant » ou d'un « père incarnation de la loi » pour la mère pendant ses moments de présence/absence auprès de son enfant.

[This is a summary or excerpt from the full text of the book or article. The full text of the document is available to subscribers.]

Copyright © 2021, Psychoanalytic Electronic Publishing, ISSN 2472-6982 Customer Service | Help | FAQ | Download PEP Bibliography | Report a Data Error | About

WARNING! This text is printed for personal use. It is copyright to the journal in which it originally appeared. It is illegal to redistribute it in any form.